L’histoire du Club de Football de la Renaissance Sportive de Magny

La R.S. Magny

La naissance

Si le club actuel est effectivement né en 1946, la pratique sportive a existé bien avant dans ce qui était alors le village de Magny. On trouve trace de l’existence de deux sociétés gymniques au début du siècle dernier ; l’Union Philarmonique Saint-Martin, à vocation essentiellement musicale, a compté une section de ce type dans ses rangs.
L’activité sportive s’est cependant estompée dans les années 30, et si l’on jouait au football, c’était dans l’un ou l’autre parc, sans structure de club. De temps à autres, une équipe était constituée pour aller jouer une rencontre amicale à Fleury, Peltre ou encore Marly. Et c’est dans ce contexte, tout de même, que fit, ses débuts le plus célèbre des joueurs passé par le club : Henri Baillot dit « Laï», futur international.
Après la terrible épreuve de la seconde guerre mondiale, une poignée de dirigeants et joueurs unirent leurs efforts pour créer, le 31 mai 1946, la Renaissance Sportive de Magny dont les premiers statuts étaient déposés au Greffe du Tribunal de Metz et enregistrés à la page 37 du volume VI du Registre Associations.
Le tout premier Comité Directeur était alors composé de :

Robert Barbillon (Président)

Marcel Staub et Maurice Vogein (Vice-présidents)

Charles Barbillon et Eugène Lacour (Trésoriers)

René Bretnacker, François David, Emile Franck, Jean François, Emile Julien, Odile Lossant, Jean Pierret, Marie-Louise Stebel, Robert Vécrin étaient les assesseurs.
André Fourquin rejoindra le Comité peu de temps peu après.

L’apprentissage (1946/1970)

La R.S. Magny fit ses premières armes en UDJLL (Union Départementale Jeanne La Lorraine).
Le maire de la commune avait mis à disposition du club un parc situé entre la route de Pouilly et le ruisseau Saint-Pierre.
Cette période obscure mais exaltante fut ponctuée par un premier titre de champion de Moselle UDJLL en 1952 avec une équipe composée de Marcel Baillot, Léon Illy, Henri Barbillon, Emile Besin, Adolphe Besin, Louis Brick, Clément Germain, Henri Kremer, Georges Godfrin, Roger Entringer, Guy Barbillon et de Marcel Hory, toujours actif au club 60 ans après, et Martial Vogein qui allait jouer un rôle prépondérant dans l’évolution du club.
Pour la saison suivante, le club s’engage pour la première fois dans le championnat de la L.L.F. et  l’équipe A accèdera à la 2e Division à l’issue de la saison 55/56.
En 1955/56, est créée la 1ère équipe juniors dont fit partie, notamment, Léon Hory, futur Président et actuel Président d’honneur du club.
Le stade est inauguré à la Pentecôte 1956 ; il est dédié à la mémoire de Roger Didiot, joueur du club disparu tragiquement dans un accident de la route.
Ces installations, certes modestes, constituait un véritable symbole pour le village : tout avait été réalisé par les dirigeants et joueurs, exploit qui laisse rêveur aujourd’hui.
Il est vrai qu’à l’époque, on se changeait, au mieux, dans l’arrière salle d’un café, on se lavait dans les fontaines et il était fréquent de se déplacer à vélo pour aller jouer à l’extérieur.
Les effectifs croissent peu à peu et 3 puis 4 équipes sont engagées en compétition.
Sous l’impulsion de Jean-Marie François, le club réalise quelques coups d’éclat, notamment en Coupe de lorraine (alors appelée Coupe De Wendel). Ainsi en 1963/64, la R.S. Magny ne succombe qu’au 5ème tour devant Jarny, alors en DH, ou encore en 1966/67 où elle élimine Ars (1ère div.) et Hagondange (PH).
Lors de la saison 1963/64 également, Gérald Brandenburger (2 buts), Jean-Luc Simon (1 but) et Roger Schille prennent une part prépondérante à la victoire de la sélection Union Jeanne cadets sur son homologue allemande. La relève promet….

En 1967, le nouveau Stade du Plateau est mis en service, l’équipe A accède en PPD en fin de saison 67/68 et tous les espoirs sont permis.

Hélas la saison suivante est catastrophique, l’équipe redescend en 2ème division, l’équipe B ne termine pas son championnat, le club est au plus bas.

L’essor – 1er épisode (1971/1986)

Après une saison 1968/69 catastrophique, tout était à refaire.
C’est alors qu’une nouvelle équipe de dirigeants se met en place. Composée en grande partie d’anciens joueurs locaux qui ont l’esprit « club » vissé au corps, elle va remettre la R.S.Magny sur le bon chemin. Cette équipe s’est certes étoffée au fils du temps, avec la croissance des effectifs et du nombre d’équipe, mais la plupart des hommes de ce nouveau départ sont longtemps restés en place, donnant à l’édifice une stabilité qui explique largement l’orientation favorable qu’allait prendre le club au cours de ces quinze années.
Ces hommes étaient notamment : Albert Rebmann puis Léon Hory (Présidents), Roger Maire (Vice-Président), Martial Vogein et Bernard Souty (Secrétaires), Michel Maurice (Trésorier) Roger Bolufer, Jean-Paul Koch, Jean-Claude Camuzat, Jean-Jacques Fagnoni, Claude Bastien.
Ils seront rejoints, en cours de période par de nombreux dirigeants dont la liste exhaustive serait trop longue à établir. Citons simplement : François Conrard, Jérôme Savary et Philippe Vogein qui sont encore au club aujourd’hui ; Michel Camuzat, Paul Grandidier, Marie-Josée Jehl, Philippe Kucklick, Jean-Marc Miglio, Gilbert Papilier, Jean-Luc Lorrain et les regrettés Marcel Kandin et Robert Mathis.
Côté terrain, Alain François, l’actuel Conseiller Technique Départemental, jouera un rôle fondamental dans l’établissement de bases solides qui, allaient permettre à la R.S. Magny de s’affirmer. Que ce soit en tant que joueur et entraîneur de l’équipe fanion, ou en tant qu’éducateur d’équipes de jeunes, il va s’attacher à transmettre, par sa passion, son obstination et sa force de travail, ses idées saines et constructives.

 C’est ainsi que le club va s’orienter dans une direction nouvelle : la formation des jeunes à outrance.

Entre 1970 et 1986 à l’image de l’expansion de son quartier, la R.S. Magny va connaître une ère de développement considérable, en quantité et en qualité.
Ainsi alors qu’il ne comptait plus qu’une soixantaine de membres et 3 équipes en 1969, le club va passer en 1970/71 à 130 licenciés et 8 équipes.
La courbe ne fléchira plus jusqu’en 1985/86, saison au cours de laquelle ces chiffres atteindront 278 joueurs pour 23 équipes.
Au niveau des éducateurs, la progression suit la même courbe : 4 en 1970 pour 16 en 1986.
Alain François, entraîneur hors pair de 1970 à 1980, devient alors CTD de Moselle ; François Diebolt le remplace pour une saison au niveau senior, puis lui succèdera René Suchan jusqu’en 1986, année de l’arrivé de Gérard Naudin.
La qualité ne peut que suivre un tel essor.
L’équipe fanion passera de la 2ème division à la Division d’Honneur Régionale, et toutes les équipes 1 de jeunes accéderont au plus haut niveau de Ligue. A l’issue de la saison 1984/85, le club sera déclaré pour la première fois «  Meilleur Club de Jeunes de Lorraine ».
Cette longue période sera émaillée de nombreux coups d’éclats et évènements dont les plus marquants sont brièvement évoqués ci-après.

– L’équipe pupilles joue la finale de Ligue en coupe et championnat en 1978.
– Deux joueurs du club représentent la Lorraine en finale nationale du Jeu Adidas : Olivier Brixhe en 1978 et Laurent Pellegrino en 1985
– Sous l’impulsion d’un groupe de dirigeants emmenés par Gérard Doublier, Rémy Nadé, Alain Schneider et Jean-Jacques Fagnoni, le Tournoi International Poussin est crée en 1982.
– L’équipe A est championne de Promotion d’Honneur en 1982
– En 1983, les juniors atteignent pour la première fois la phase nationale de la Coupe Gambardella et les minimes jouent la finale de la Coupe de Lorraine de leur catégorie.
– Lors de la saison 83/84, l’équipe A s’illustre en Coupe de France ; qualification face à l’ASPTT Metz (D IV) et Anould (DH) et élimination avec les honneurs en phase interrégionale face à Sarreguemines (D IV). De même, en Coupe de Lorraine, et après avoir éliminé Blénod (DIII), Anould et Stiring (DH), elle succombera en ½ finale à Nomexy devant 1400 spectateurs.
– Les pupilles remportent  la Coupe de Moselle 1984.
– Les cadets réalisent quant à eux le double Coupe-Championnat au niveau départemental.
– Au cours de la saison 1985/86, l’équipe poussins 1 réussit l’exploit de remporter tous les tournois auxquels elle est inscrite…. Y compris la finale de Ligue du critérium : c’est le premier titre régional d’une équipe de jeunes du club.

Les prémices d’une décennie 1986-1996 encore plus riche, sont là.

L’essor – 2ème épisode (1986/1990)

Toutes les équipes 1 de jeunes sont au plus haut niveau régional possible, les effectifs et le nombre d’équipes engagées continue de croître ; rien ne s’oppose à la poursuite de l’essor.
Le club va cependant connaître une pause de trois saisons dans sa progression. Les cadets et les minimes vont même rétrograder pendant cette période ; le club en avait perdu l’habitude depuis longtemps en jeunes. Ces équipes rejoignent respectivement les niveaux Excellence et Honneur Régional au cours de la saison 88/89, mais ce sera pour mieux rebondir, et de quelle manière !
Seuls les juniors se font véritablement remarquer : au cours de cette même saison 88/89 ils atteignent la finale régionale de leur coupe nationale, la Gambardella, et sont demi-finaliste de la Coupe de Lorraine.
Les plus grandes satisfactions sont alors à rechercher dans les performances individuelles, une fois n’est pas coutume.
Jérôme Dapoigny et Christophe Krzciuk deviennent en 1987 les deux premiers sélectionnés de Lorraine du club, dans la catégorie minimes.
La même année, Estelle Vogein remporte la finale de Ligue du jeu Adidas, à la barbe des garçons, et représente la Lorraine en finale nationale; 16 ans plus tard elle deviendra championne du monde…de handball.
En 1989, Fabien Pellegrino remporte cette même finale du jeu Adidas et, comme son frère Laurent quatre ans plus tôt, concourt en finale nationale à Clairefontaine
Un redémarrage s’amorce au cours de la saison 1989/90. Bien qu’elle échoue encore dans sa lutte pour l’accession en DH, l’équipe A réussit quelques exploits en Coupe de France (6e tour) et en Coupe de Lorraine (sortie en 1/16e de finale devant Yutz, alors en D IV)
En minimes, l’équipe 1 réintègre l’élite et l’équipe 2 accède en Excellence : encore une première pour le club.
Les poussins réalisent une saison remarquable avec une première place au plan départemental et la seconde au niveau régional.
Les effectifs continuent de progresser et passent la barre des 300  licenciés  joueurs.
Bien que les résultats aient un peu fait défaut au début de cette période, le club a remis l’ouvrage sur le métier et poursuivi son travail de fond axé sur la formation des jeunes.

Gérard Naudin, nommé entraîneur général en début de saison 1986/87, a pris ses marques.

Il est parti pour 17 saisons de service. Méthodique, passionné, travailleur acharné et remarquable éducateur, il est de la même lignée qu’Alain François qui avait été l’homme du décollage dans les années 70.
Il va redonner à la R.S. Magny un second souffle, appuyé par une équipe technique dont il a largement contribué à améliorer la structure et la compétence.

La consécration – (1990/1996) Saison 1990/1991

Après avoir connu une pause dans sa progression, la R.S. MAGNY réussit une excellente saison 1990/91, ponctuée par cinq accessions. La plus marquante est celle des minimes 1, entraînés par Jérôme Savary, qui obtiennent le droit de disputer le Championnat National des moins de 15 ans la saison suivante.
Dans le même temps, deux autres équipes se distinguent en coupe. Les cadets remportent celle de Moselle et l’équipe A atteint le 5e tour de la coupe de France et n’échoue qu’en 16e de finale de la coupe de Lorraine, face au FC Metz (DH).
C’est l’époque des premiers tournois loin de nos bases pour les équipes de jeunes : Corse, Nice, Montpellier, Lavaur, etc…
Jamais à court d’idée ni, avare d’effort, le regretté Bernard Souty réalise des actions en milieu scolaire qui portent leurs fruits : 70  « minots » de moins de huit ans sont licenciés au club, huit équipes de débutants sont engagées et une bonne quinzaine de «  moustiques » (les pré-débutants) fréquentes l’école de football.
La seule contre-performance est la relégation des juniors en Excellence.
La saison suivante allait s’avérer encore meilleure.

Saison 1991/1992

Les juniors réintègrent immédiatement l’élite régionale et les cadets 2 accèdent en Excellence. Après une année de purgatoire obligatoire du fait de la montée en championnat national de la saison précédente, les minimes 1 parviennent à rejoindre le niveau Honneur.
Le nombre des sélectionnés de Lorraine est en augmentation (Ludovic Bertipaglia, Stéphane Grassi, Grégory Lhomme, Cédric Schille)
Mais l’exploit est sans conteste réalisé par l’équipe fanion : pour la première fois de l’histoire du club et après une lutte acharnée avec le S.S. L’Hôpital, les seniors accèdent à la plus haute division régionale.

Saison 1992/1993

Malheureusement, les seniors ne parviennent pas à se maintenir en DH et ce sera la seule fausse note d’une saison qui s’avèrera fabuleuse au niveau des jeunes.
Le club obtiendra le titre de meilleur club de jeunes de Lorraine dont il avait été lauréat en 1985 : une série impressionnante commence.
Les poussions se distinguent en terminant à la seconde place régionale de la coupe nationale.
Pour leur part les juniors réussissent une très grande performance. Le 13 juin ils deviennent champions de Lorraine après s’être imposés 4-1 contre L’Hôpital. C’est le premier titre régional de la R.S. MAGNY en football à 11. Et la même équipe échoue d’un rien en finale de la coupe de Lorraine huit jours plus tard.
Pour ne pas être en reste, les minimes s’adjugent la coupe de Lorraine de leur catégorie en malmenant l’ASNL, qui menait 1-0 à la mi-temps et encaisse 5 buts en seconde.
Parallèlement, les sélectionnés de lorraine sont toujours plus nombreux : Sébastien Grethen, Marc Marasciulo, Frédéric Rob en minimes et Grégory Lhome, José Pardo, Grégory Schille et Cédric Von Hof en cadets.

Saison 1993/1994

Encore une saison de premier ordre, au cours de laquelle la R.S.MAGNY s’adjuge son 3ème titre de meilleur club de jeunes de Lorraine, avec une 17e place au niveau national amateur.
Les cadets échouent de peu en finale de la coupe de Lorraine face à Epinal.
Les juniors, pour leur part, réussissent un parcours exceptionnel en coupe de France de leur catégorie (coupe Gambardella) battus seulement en 32e par Besançon, après avoir notamment sorti Reims ; ils remportent ensuite la coupe de Lorraine, trophée qui leur avait échappé l’année précédente.
Résultats remarquables chez les seniors puisque l’équipe fanion retrouve l’élite régionale en DH alors que l’équipe B accède, pour la première fois, en championnat de ligue, en, Promotion d’Honneur à l’époque.
Par ailleurs, Damien Jouaville est sélectionné de Lorraine minimes et le club fournit 5 joueurs à l’équipe de Lorraine cadets : Matthieu Collin, Reynald Dorego, Lionel Etave, Xavier Fabry et Johan Gnemmi.

Saison 1994/1995

Pour la troisième saison consécutive, la R.S. Magny s’adjuge le trophée du meilleur club de jeunes de Lorraine et une 18ème place au plan national amateur.
Mais cette saison restera surtout dans les annales comme étant celle de la première accession en championnat national des moins de 17 ans.
En amenant une deuxième équipe de jeunes en championnat national, notre association réussit ainsi une prouesse rarissime pour un club à vocation exclusivement amateur.
Parallèlement, les poussins réussissent une excellente saison, parachevée par une place en finale régionale en coupe comme en critérium. Les juniors accèdent une nouvelle fois à la phase nationale de la coupe Gambardella ne succombant qu’en fin de match face au F.C. Sochaux.
Le club fournit à nouveau l’ossature de l’équipe Lorraine cadets avec sept sélectionnés : Laurent Dutheil, Loïc et Yann Gauguet, Charles Muller, Frédéric Rob, Stéphane Seners et Benoît Weber.
Malheureusement, les seniors ne confirment pas et réintègrent l’échelon inférieur.

Saison 1995/1996

Un peu morose en seniors avec la relégation de l’équipe B en Promotion de Première Division, la saison du 50ème anniversaire du club s’est encore avérée remarquable au niveau des équipes de jeunes.
Pour leur première apparition en championnat national, les moins de 17 ans terminent à une fort honorable 7ème place, derrière 6 clubs pro mais en devançant Troyes et Sedan. Les moins de 15 ans, toujours en national, finissent sixièmes.
Les poussins atteignent une nouvelle fois les finales régionales de coupe et de critérium, et les cadets ajoutent un nouveau titre au palmarès du club en remportant la coupe de Lorraine.
Eric Skora et Pascal Tirintino figurent en sélection de Lorraine minimes, le premier nommé est convoqué en stage national de sa catégorie : encore une première pour la R.S. Magny. Pour leur part, Julien François et Hervé Skora sont en Lorraine cadets. Parmi tous ces joueurs, 4 rejoignent un club professionnel : Julien François est aujourd’hui le capitaine de l’équipe de Ligue 2 de Grenoble.

Le Sommet – (1997/2000) Saison 1996/1997

La R.S. MAGNY enregistre un record en termes d’effectifs (384 joueurs licenciés) et d’équipes engagées (31) mais certaines doivent être délocalisées au stade Lothaire au Sablon, faute d’installations suffisantes. En effet, comment entraîner et faire jouer tant de monde sur deux terrains dont l’un doit être économisé, pour les compétitions nationales des moins de 15 et 17 ans et pour l’équipe A. Pour la première fois, le club est même amené à refuser d’engager une équipe de jeunes supplémentaire du fait de l’absence de créneau disponible.
Côté résultats, cette saison constitue également un record et, pour une fois, ce sont les seniors qui brillent : retour en Division d’Honneur pour l’équipe fanion, avec un groupe qui flirte avec les 20 ans de moyenne d’âge, et retour à la 1ère division de District pour l’équipe B.
Pour l’année de la création de la catégorie « Benjamins », qui regroupe les jeunes de 10 et 11 ans, l’équipe 1 termine à la tête de son groupe en seconde phase, devant le F.C. Metz, et participe aux finales de Ligue, en coupe comme en championnat. Les autres équipes de la catégorie s’illustrent également dans leurs compétitions respectives.
Les moins de 15 ans (9e) et moins de 17 ans (7e) poursuivent leur chemin en championnat national. Huit joueurs sont retenus en sélections régionales et quatre d’entre eux signent en club pro : Mody Taore, Ismaêl Gacem, Fabien Eisenhauer et Eliès Frih.
Les objectifs sont atteints en totalité ; toutes les équipes de jeunes évoluent au plus haut niveau possible et le club obtient son 6ème titre de meilleur club de jeunes de Lorraine, dont 5 consécutivement.

Saison 1997/1998

Pendant que l’équipe A fait un parcours fort honnête pour son retour en DH (7e), les Espoirs accèdent à un éphémère championnat interrégional regroupant des équipes lorraines et alsaciennes.
Les moins de 15 ans parviennent à se hisser à une remarquable 5e place de leur compétition nationale.  En revanche, et ce sera la seule fausse note de la saison, les moins de 17 ans sont relégués en championnat de Ligue, tout en remportant la coupe de Lorraine.
L’exploit revient aux moins de 13 ans, champions de Lorraine en n’enregistrant que des victoires et demi-finalistes de la coupe de Lorraine.
Le club continue d’approvisionner les sélections de Lorraine de jeunes en procurant 7 joueurs, parmi lesquels Xavier Bordas, Joris Di Gregorio, Fawzi Habili et Gaetan Olivieri remportent le titre national des Ligues.
Pour sa part, Yannick Kleffer termine 5e de la finale nationale du Jeu FFF-Continent qui a succédé au jeu Adidas.

Saison 1998/1999

Cette saison s’avèrera fantastique à tous les niveaux.
L’équipe sénior 1 obtient son meilleur classement à ce jour en championnat (3e de la DH) ; parallèlement elle se qualifie pour le  6e tour de la coupe de France.
Les moins de 17 ans sont champions de Lorraine et réintègrent donc le niveau national. De plus ils ne sont éliminés qu’en 64e de finale de la coupe Gambardella.
De leur côté les moins de 15 ans réalisent la meilleure performance du club en national en terminant 4e  derrière Metz, Nancy et Strasbourg.
Que dire des moins de 13 ans qui inversent les facteurs par rapport à la saison précédente : vainqueurs de la coupe et finalistes du championnat.
Dans le même temps, les benjamins et les poussins sont de toutes les finales régionales, en coupe comme en critérium.
Sept joueurs sont retenus en sélections de Lorraine et 5 d’entre eux vont rejoindre un club professionnel.
Inutile de mentionner qu’avec de tels résultats, le club est à nouveau meilleur club de jeunes de Lorraine, c’est la 8e fois dont 7 consécutives. Il est aussi classé 15e club de jeunes au plan national amateur.
Dans son compte rendu à l’Assemblée Générale, le Directeur Sportif, Gérard Naudin disait, comme souvent depuis quelques années, que le club était parvenu à un niveau qu’il serait extrêmement difficile de maintenir. Cette fois, tout le monde partageait cet avis ; et pourtant…

Saison 1999/2000

Cette saison là restera, sans aucun doute très longtemps, la référence historique pour la R.S. Magny, au moins pour sa section « jeunes ». Le club cumulera au cours de l’exercice deux titres départementaux, trois titres régionaux et deux accessions en division supérieure ; il maintient ses 15 et 17 ans au niveau national, remporte pour la 9e fois le challenge du meilleur club de jeunes de Lorraine et il est sacré meilleur club amateur français de jeunes. Tout simplement extraordinaire !
S’il s’agit surtout d’une consécration du travail réalisé au sein des équipes de jeunes, les seniors A tirent leur épingle du jeu eux aussi. Ils terminent à la 5e place en Division d’Honneur et Grégory Schille, un pur produit R.S. Magny, est nommé capitaine de la sélection de Lorraine.
Dans chacune des catégories de jeunes le club se distingue :

– les espoirs gagnent la coupe de Lorraine,
– les 17 ans vont jusqu’en 16e de finale de la coupe Gambardella, éliminés de peu par le F.C. Metz 2-1,  ils terminent 10e de leur championnat  national et l’Equipe 2 accède au niveau Honneur,
– les 15 ans se classe 3e de la première phase du championnat national nouvelle formule et se qualifient pour la phase haute qu’ils achèveront juste derrière trois clubs professionnels ; l’équipe 2 est championne de Lorraine en salle.
– les 13 ans sont demi-finaliste du championnat de Lorraine ; 4 joueurs représentent la Lorraine en finale interrégionale d’une nouvelle épreuve individuelle : la Prédator Cup ; l’équipe 2 termine 1ère en Excellence,
– les benjamins sont champions de Moselle et de Lorraine en salle, finalistes régionaux en coupe, champions de Moselle et 3e de la finale régionale en championnat,

– les poussins sont finalistes départementaux en salle, en coupe et en critérium ; ils sont aussi finalistes régionaux du critérium.

Quelques années plus difficiles (2001/2006)

Après avoir sans cesse progressé et avoir atteint le sommet au niveau de ses équipes de jeunes, le club va traverser une période plus difficile, parsemée de quelques coups d’éclat mais aussi d’embûches financières et humaines. Sa sixième décennie d’existence se termine heureusement par un retour à l’équilibre.

Saison 2000/2001

Du côté des équipes de jeunes, cette saison marque un net recul puisque le club disparaît du classement national des meilleurs clubs de jeunes et perd son titre lorrain, au profit du FC Metz ii est vrai.
Par ailleurs, l’équipe des 17 ans est reléguée en championnat régional et aucun titre n’est obtenu. Deux joueurs signent cependant en club professionnel : Timothée Walzer à Troyes et Julien Quercia à Sochaux, où il fait ses premières armes en Ligue 1 aujourd’hui.
En revanche les seniors se distinguent en remportant la coupe de Lorraine, seule coupe qui manquait encore au palmarès de la R.S.Magny. Ils l’obtiennent le trophée de haute lutte en battant Thionville en finale 3-1.

Saison 2001/2002

Après une année de vaches maigres, les équipes de jeunes redressent la tête, à commencer par l’école de football. Les poussins sont champions de Moselle de futsal et terminent 3e de la finale régionale ; les benjamins sont de toutes les finales lorraines, en coupe et critérium.
L’Equipe 1 des 18 ans s’illustre en atteignant les 64e de finale de la coupe Gambardella et l’équipe 2 réussit à se qualifier pour le niveau Honneur B en championnat. C’est la première fois au club que, dans une même catégorie de football à 11, deux équipes de la RS Magny pratiquent en honneur.
Parallèlement, les 13 ans 2 font de même.
Enfin, si les quinze ans nationaux échouent de peu pour la qualification au nouveau championnat 16 ans, le club accède à la compétition fédérale des 14 ans.
Côté seniors, c’est l’équipe B qui se démarque en obtenant sa place en championnat de Lorraine, niveau Promotion d’Honneur Régionale. Mais l’évènement marquant est la crise, latente depuis plus d’un an, qui débouche sur une séparation entre la RS Magny et son responsable des seniors, Jérôme Savary, au club depuis 30 ans.

Saison 2002/2003

Une nouvelle équipe d’encadrement est mise en place pour prendre en charge les seniors.
Eric Brusco et Alain Happe, les nouveaux responsables, dont les compétences et les qualités humaines seront unanimement reconnues, ne pourront rien face à un effectif démuni par de nombreux départs, un recrutement réalisé tardivement et des comportements pour le moins interlopes de certains joueurs. Si l’équipe B se maintient, l’équipe fanion connaît une nouvelle relégation en DHR, en dépit, certains diront à cause, d’un parcours record en coupe de France dont elle atteint le 8e tour, performance jamais connue au club.
Fort heureusement les jeunes obtiennent quelques bons résultats avec le maintien en championnat fédéral 14 ans, la participation des poussins aux finales de Ligue coupe et critérium, celle des benjamins au même niveau en critérium et le remarquable comportement des deux équipes 18 ans en championnat.
Pour leur part, les 15 ans échouent de très peu pour l’accession en championnat national mais vont en finale de la coupe de Lorraine  où  ils doivent s’avouer vaincus face à l’inévitable FC Metz,  tout cela en remportant le challenge régional de la sportivité.
La nouveauté réside dans la signature d’un partenariat avec le club professionnel de Metz dans le cadre duquel le club crée une section sportive scolaire au collège Bernanos ; celle-ci a fonctionné depuis le début de la saison avec une classe de 6e avant l’ajout d’une 5e et une 4e à l’aube de la nouvelle année scolaire.

Saison 2003/2004

Eric Brusco parti, Philippe Vogein prend le relais avant de céder la main en cours de saison à Alain Happe en seniors. A nouveau fortement amputé par ses départs, l’effectif est trop inexpérimenté et le maintien de l’équipe A n’est assuré que d’extrême justesse.
Côté jeunes, la grosse satisfaction vient des 15 ans qui, cette fois, obtiennent leur billet pour la compétition nationale 16 ans en terminant le championnat à égalité avec le FC Metz. Les 14 ans finissent sur une belle 5e place en championnat fédéral et l’école de football est finaliste régional en benjamins (coupe et critérium) et poussins (critérium).

Saison 2004/2005

La saison précédente s’est clôturée sur un évènement d’importance : après 17 ans de travail acharné, Gérard Naudin, le Directeur Sportif, quitte ses fonctions. Aidé de son équipe d’éducateurs, il aura su mener le club au sommet. Une nouvelle restructuration s’impose, tant au niveau sportif où la RS Magny cherche un second souffle, qu’au niveau administratif où le Comité est exsangue et la trésorerie pour le moins serrée.
Sur ces derniers points Marc Ruby, nommé Président délégué début 2004, va restructurer le Comité et rétablir la situation financière en deux ans.
Au plan sportif, Jérôme Savary revient au club et prend les rênes des seniors. L’effectif est extrêmement jeune, mais grâce à un recrutement réussi cette fois et à un esprit retrouvé, l’équipe fanion réalise un très beau parcours et échoue d’assez peu dans sa quête d’un retour en Division d’Honneur.
En jeunes, la palme revient sans conteste aux 16 ans qui réalisent un parcours remarquable en championnat national en terminant à la 4e place derrière Metz, Strasbourg, et le PSG mais devant notamment Nancy, Sedan et Créteil.
Les 18 ans quant à eux parviennent en finale de la coupe de Lorraine et l’école de football est fidèle au rendez-vous des finales régionales des critériums (benjamins et poussins) et de la coupe (benjamins).
Les 15 ans, absents du plus haut niveau régional par le jeu de l’accession en national 16 ans, font un carton presque plein : en ne concédant qu’un nul sur toute la saison, ils réintègrent le niveau Honneur.
La seule fausse note concerne les 14 ans qui perdent leur place en championnat fédéral.

Saison 2005/2006

A l’heure où nous « mettons sous presse », selon la formule consacrée, la saison n’est pas achevée et l’heure des bilans n’est pas encore venue.
En dépit d’un effectif très serré, les seniors font un parcours honorable pour l’équipe A, très satisfaisant pour l’équipe B ; les 16 ans sont en passe de réussir une saison presque aussi remarquable qu’un an plus tôt en championnat national. De leur côté, les 13 ans sont à la lutte pour obtenir le retour du club en 14 ans fédéraux.

Rédacteurs :

Alain FRANCOIS et Philippe VOGEIN

L’EVOLUTION DES INSTALLATIONS :

1946

1er terrain entre la route de Pouilly et le ruisseau St Pierre, parc mis à disposition par le maire (M Obelliane) ; vestiaire au café Lossant ; pas de main courante, spectateurs le long des lignes de touche (imaginez 2 à 300 spectateurs lors des derbys Magny-Marly).

1955

Réalisation du stade Roger Didiot, à quelques dizaines de mètres près sur le même emplacement : nivellement, engazonnement et installation de la main courante entièrement œuvre des bénévoles du club ; vestiaire toujours au café Lossant (actuel café Madrigal).

1967

Mise en service du nouveau stade du Plateau, avec éclairage d’un demi-terrain, un vestiaire pour les joueurs et un bureau/local arbitres.

1972

Construction d’un vestiaire supplémentaire et d’un local arbitres; utilisation d’une classe mobile, mise à disposition par l’Education Nationale, comme salle de réunion et vestiaire d’appoint.

1977

Construction d’un bloc supplémentaire comprenant deux vestiaires joueurs, un vestiaire arbitres et un bureau-infirmerie.

1979 

Mise en service du 2ème terrain engazonné.

1990

Transformation du terrain annexe en terrain stabilisé (schiste).

1993

Extension des vestiaires du terrain d’honneur (ajout d’un vestiaire joueurs et un vestiaire arbitres supplémentaires). Construction d’un bâtiment sur le stade annexe (1 vestiaire arbitres, un bureau infirmerie, 2 vestiaires joueurs, un local à matériel).

2002

Nouvelle transformation du 2e terrain cette fois en synthétique et ajout d’une 3e aire de jeu engazonnée elle.

2006

Mise aux normes des vestiaires du terrain d’honneur par restructuration quasi-complète de l’existant et ajout d’un bloc supplémentaire adossé au gymnase.

Partageons...Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Laissez un commentaire